samedi 25 octobre 2008

Liste d'autistes célèbres... Y croyez-vous ?

Le phénomène des autistes savants, aussi péjorativement appelés idiots savants, est plus que mystérieux. Parmi ceux et celles qui sont considérés comme des autistes savants figure bien entendu Daniel Tammet dont je vous ai parlé précédemment. Le plus souvent, ils ont des facultés exceptionnelles dans un ou quelques domaines, mais ont des difficultés dans les autres. Ils ont en général une capacité de concentration hors de l'ordinaire. Cependant, malgré le fait qu'ils puissent réaliser des exploits incroyables, leurs résultats aux tests de QI sont le plus souvent en bas de la moyenne. Le pourquoi de ce phénomène demeure totalement inconnu à ce jour.
J'ai trouvé sur Internet une "pseudo" liste d'autistes célèbres (pas tous considérés comme des autistes savants, cependant). Je ne sais pas jusqu'à quel point on peut s'y fier, aussi j'aimerais connaître votre avis sur le sujet. Voici une liste des personnes considérées comme autistes qui sont les plus connues:
  1. Jane Austen : La célèbre écrivaine anglaise, auteure du classique «Orgueil et préjugés». Croyez-vous qu'il soit possible qu'elle ait été autiste ? Est-il possible de tant écrire sur l'amour et sur le mariage quand parmi les caractéristiques principales d'une personne autiste figurent les problèmes de communication ?
  2. Ludwig van Beethoven, le grand compositeur aurait-il été autiste ? À l'époque où il vivait, on ne diagnostiquait pas encore l'autisme, mais ce qu'on connaît de lui laisse croire qu'il aurait en être un. Ça rejoint ce que je vous ai dit à propos des autistes et de la musique.
  3. Alexander Graham Bell: L'inventeur du téléphone aurait également été un savant autiste. Quel est votre avis ?
  4. Emily Dickinson, la poète américaine.
  5. Albert Einstein, le très connu physicien.
  6. Thomas Edison, le célèbre inventeur américain, pionnier de l'électricité. Il prétendait pouvoir travailler de 48 à 72 heures d'affilée. D'après vous, cette concentration hors du commun pourrait-elle être un indice de son autisme ?
  7. L'inventeur de l'automobile, Henry Ford.
  8. Le compositeur autrichien Wolfgang Amadeus Mozart.
  9. Isaac Newton, le plus que célèbre mathématicien et physicien.
  10. Marc Twain, l'auteur et humoriste américain.
  11. Vincent Van Gogh, le peintre néerlandais.
  12. Alfred Hitchcock, le fameux maître du suspense, réalisateur et produceur de films.
  13. Woody Allen, comédien, acteur, écrivain, producteur et clarinettiste.
  14. Bob Dylan, l'auteur, compositeur, interprète.
  15. L'informaticien multi-milliardaire, Bill Gates.
  16. Michael Jackson, le chanteur, serait lui aussi autiste...
  17. John Forbes Nash, le mathématicien personnalisé par Russell Crowe dans Un homme d'exception.
  18. Keanu Reeves, l'acteur américain.

En toute honnêteté, je trouve cette liste plutôt discutable, mais je ne peux pas croire qu'il n'y ait pas une once de vérité non plus... Je ne sais pas trop quoi en penser. Et vous ? Quel nom de cette liste vous a le plus été étonné ? Qui sont d'après les vrais autistes dans cette liste ?

43 commentaires:

Laurie a dit…

Allo super blog

Très bonne idée d'avoir pris l'autisme comme sujet. En effet, plusieurs personnes pensent qu'être autisme est un handicap très lourd! cependant, il est exacte de dire qu'il y en a différents dégrés. Je m'étonne de voir que Keanu Reave en est un!!! Étonnant, j'aimerais savoir de quel il est atteint et à quel degré? En tout cas ceci ne lui a pas empêché de devenir une célébrité comme plusieurs autres.

Félicitation !!!

Laurie Dionne

Anonyme a dit…

Beethoven, Einstein et Mozart sont apparemment des autistes, mais bien sur pas des autistes ordinaires, ce sont des autistes de génie, surment syndrome d'Asperger.

Certaines célébrités citées seraient atteintes de maladies psychiatriques mais pas d'autisme: Van Gogh, Nash.

D'autres semblent avoir été marquées dans leur enfance : Alfred Hitchcock, Michael Jackson ou seulement "excentiques" comme Woody Allen.

Enfin, il parait difficile à croire que Keanu Reeves, un acteur soit autiste, sachant que ces personnes ont des difficultés à se mettre das la peau des autres, pareil pour Jane Austen, qui a crit des romans si sensibles.

C'est tout ce que je peux apporter,
bonne continuation pour ton blog.

Charlotte A.

Isabelle a dit…

Merci Charlotte pour ces précisions ! Effectivement, j'avais aussi de grandes doutes, plus particulièrement sur Jane Austen et Keanu Reeves. J'espère pouvoir approfondir mes recherches lorsque j'en aurai le temps.
J'ai aussi plein de nouvelles informations à publier, mais malheureusement encore une fois je manque de temps. J'ai assisté à une conférence donnée par un homme qui a le syndrome d'Asperger. Ça a été très révélateur pour moi. C'est à suivre...

Anonyme a dit…

Je ne suis pas d'accord. Je suis autiste et je peux dire que, quand on veut essayer d'entrer dans le monde social, on devient au contraire de très bons acteurs. J'ai étudié, depuis l'âge de 11 ans, les expressions faciales, les discours, les mimiques et la gestuelle qui correspondent à chaque discours. J'ai une vraie bibliothèque sociale dans ma tête et donc je prends tout le temps la personnalité que j'ai en face de moi pour pouvoir me débrouiller face à chaque personne. Il est certain que cela est très fatigant, mais c'est possible quand on veut y arriver. Donc je ne suis en rien étonnée de voir Keanu Reeves dans cette liste.

Anonyme a dit…

Les autistes, de haut niveau ou de Kanner, peinent à comprendre le second degrés, c'est pourquoi je ne pense pas que certains humoristes puissent en être... se sont juste des personnes "excentriques".

Ensuite, il ne faut pas confondre autiste et psychotique. Michael Jackson, Van gogh, Hitchcock sont plutot des personnes borderline ou maniaco-dépressive...

Dans le livre de Temple Grandin, elle dit qu'elle était incapable de décelée une émotion chez quelqu'un de manière naturelle, c'est pour cela qu'elle s'est crée une "bibliothèque" en étudiant les comportements des autres pour les comprendre...

C'est un sujet passionnant :)

Isabelle a dit…

En effet ! C'est un sujet passionnant !

Je pense que la différence principale entre les autistes de haut niveau et les personnes neurotypiques, c'est la façon dont on comprend les émotions des autres. Nous les sentons, nous les comprenons, tandis qu'eux semblent les déduire d'après leurs nombreuses observations.

Isabelle a dit…

Je m'excuse à la personne qui a laissé un commentaire le 22 juin : j'étais certaine de vous avoir répondu mais je viens de me rendre compte que ce n'était pas le cas.

Merci beaucoup de ton commentaire. C'est bien d'avoir le point de vue d'une personne qui sait de quoi elle parle ! Je me rends compte qu'effectivement, vous n'êtes pas dépouvus lorsqu'il s'agit des habiletés sociales. Votre sens de l'observation est incroyable ! La différence n'est donc pas dans la façon dont vous agissez, mais dans la façon dont vous comprenez les choses !

Anonyme a dit…

Bonjour à tous!

Merci à vous tous de vous intéresser à ce sujet passionnant, mais vraiment compliqué. Je moi-même la maman d'un enfant autiste de haut niveau et j'ai suivi de nombreuses formations sur le sujet.

Vous avez donc tous plus ou moins tort dans vos réflexions! Les personnes autistes font de remarquables acteurs, leurs capacité à imiter les autres, à copier des attitudes, timbres de voix, accents est souvent hors du commun. Donc Keanu Reeves pourrait être autiste (mais je dois dire que je n'en sais rien).

Pour ce qui est de décrire les différences entres autistes et NTS, ce serait trop long, et dire que la principale différence est leur incapacité à comprendre les émotions est une erreur. C'est bien plus complexe.

Par ailleurs, les personnes autistes font preuve d'un remarquable sens de l'humour et certains sont très doués pour les jeux de mots et sont d'une grande finesse.

Donc, on sait aujourd'hui avec une quasi certitude qu'Einstein, Beethoven, Glenn Gould, Mozart, Marie Curie, et bien d'autres encore étaient autistes. Les personnes autistes changent notre monde et il est fort probable que sans elles, nous en serions peut-être encore à l'âge de la pierre!

Isabelle a dit…

Anonyme : Merci de m'avoir partagé ton opinion. Ce que vous dites a beaucoup de sens.
Je crois bien que personne ne peut réellement dire ce qui se passe dans la tête des autistes, pas même les autistes eux-mêmes qui peinent en général à mettre les mots appropriés sur leur ressenti. Peut-être tout simplement parce qu'il n'y a pas de mots pour l'exprimer correctement !
J'imagine que c'est comme expliquer une émotion. On ne peut pas l'expliquer adéquatement, il faut le vivre pour savoir ce qu'est la tristesse, la joie ou la colère. On doit se borner à ce qui les qualifie.

code d'einstein a dit…

Bonjour,

Vous êtes cordialement invité à visiter mon blog.

Description : Mon Blog(fermaton.over-blog.com), présente le développement mathématique de la conscience humaine.

La Page No-25, SOLJÉNITSYNE; UN HOMME VÉRITABLE !

C'EST MATHÉMATIQUES ?

Cordialement

Clovis Simard

Anonyme a dit…

John forbes Nash et Vincent VanGogh ne sont pas autistes de haut niveau ou asperger, ils sont psychotiques (schizophrènes) avec tendance autistique.

Isabelle a dit…

Merci de ces précisions. Comme je l'ai dit, cette liste ne me paraissait pas de source fiable ! Enfin, elle alimente la discussion !

Lyne Laporte a dit…

Bonjour! genial votre blog. Des spécialistes, il nous en faut beaucoup plus que présentement. merci de votre intérêt et de votre implication...

Je suis maman de 4 enfants dont 2 officiellement différents: un fils TDAH/TOP/Dys et un fils Asperger, TDAH.

La liste que vous avez présenté inclut presque en totalité des autistes de haut niveau et des aspi. Bien sur, il est IMPOSSIBLE de savoir si les personnes nommées, aujourd'hui décédées, étaient bel et bien autiste ou si elles étaient plutôt psychopathes! Loll. L'histoire de leur vie rapportée même le plus fidèlement possible omet certains détails qui seraient fort utile pour poser un tel DX de façon officielle.

Ceci dit, elles ont été scrutées par des spécialistes qui ont émis cette hypothèse comme étant la plus probable. A nous de décider si on y croit ou non.

Quant a ceux toujours vivants, elles ont pour la plupart mentionnées leur différences publiquement. Encore la, aucun d'entre nous n'est aller faire la recherche pour vérifier les dx.

Qui sait, peut-être que dans 20 ans, on découvrira que la plupart des autistes de haut niveau ne sont en fait, que des schizophrènes mals diagnostiqués...

Ceci dit, pour l’heure et avec les connaissances que nous avons actuellement (spécialistes inclut) nous sommes a meme de pouvoir affirmer presque les yeux fermés la verécité de leurs dires. :-)

Ceci reste bien sur qu'une opinion... :-)

Bonne continuation!

Isabelle a dit…

Merci madame Laporte pour toutes ces précisions ! Je vois que vous avez beaucoup de connaissances sur le sujet, et même si c'est sûrement en partie parce que vous avez un enfant Asperger, vous semblez avoir un réel intérêt pour le sujet !
Je vous remercie aussi de vos encouragements ! Vous me donnez bien envie de reprendre une activité plus régulière sur ce blogue que j'ai presque complètement abandonné depuis que mon cours de première année à l'université s'est terminé. Pour l'instant, je mets le projet sur pause, mais il se peut bien que j'y revienne lorsque j'aurais terminé mon baccalauréat (soit l'année prochaine). Peut-être même, si vous êtes intéressée, qu'on pourrait discuter de votre expérience en tant que mère d'enfants différents. Au plaisir !

Anonyme a dit…

en tant que mère d'un enfant autiste "modéré" mais non "savant" je peux vous dire que mon fils étudie le théâtre assidument depuis 5 ans à la fois en classe et dans une troupe, et qu'il est un excellent acteur. Les relations avec les autres membres de la troupe sont excellentes, mais l'autisme ressurgit en cas de frustration et se manifeste par un perfectionnisme si intense que la moindre mauvaise note le met dans tous ses états...

Isabelle a dit…

Je n'ai aucun doute que votre enfant est excellent ! Les enfants autistes sont épatants !

Anonyme a dit…

1ere partie ( manque de place ) :

Bonjour à tous , je suis vraiment perdu et je vous prie de bien vouloir m'accorder un petit peut de votre aide. Voici ma petite histoire: Je suis la maman d'un petit Julien , né le 21 juin 2009 . Une adorable petite crevette de 2,400 kg , le 3ème d'une famille de 4 enfants . Par la suite il fut un bébé sage et éveillée . Le bébé rêvé de toute les mamans. À dix moi c'était un enfant qui avait évolué tout à fait normalement . Il comprenait quand on lui disait de faire certaines chose comme : "fait moi un bisou ", "tape des mains " , " pose ta tête et dort" ou " fait au revoir avec la main" . Il aimait bien egalement qu'on lui chante des chansons pour les petits et essayais de nous immiter à les chanter en tapant des mains LOL . Bref un comportement normal quoi. Le 28 juillet 2010 , Julien eu une petite sœur, Rébécca . Celle ci lui pris sa place de petit dernier. Je les ai élevés comme des jumeaux , puisqu'ils n'avaient qu'un an d'écart . Malgres tout , ce ne fut pas trop dure car j'ai la chance d'avoir des bébé très sages. Je ne me suis pas rendu compte tout de suite mais après la naissance de Rébécca , BOOM Julien changea . Je ne sais pas si c'est lié , ni si c'est une coïncidance mais Il a arrêta d'évoluer comme un enfant de son âge . Voir même à oubliée tout ce qu'il savait déjà . Petit à petit il régressa de plus en plus . À deux ans , c'est la que je me suis vraiment posée des questions comme : pourquoi mon fils n'a pas le même niveau que les autres enfants de son âge? Pourquoi mon fils ne parle pas ? Ne dit ni papa , ni maman . Ni oui , ni non. Pourquoi il ne regarde pas quand je l'appel? Il n'est pas sourd car il a peur du bruit de l'aspirateur. Pourquoi il ne sait pas faire comprendre lorsque qu'il veut quelque chose ? Par exemple , lorsquil veux de l'eau , il ne sait pas me pointer du doit un verre . ll s'exprime par les pleurs . De plus je me rendait compte qu'il avait de plus en plus de comportement bizarres. Par exemple : il avait la manie de passer ses journées à claquer les portes ou ouvrir et fermer les lumières mais le truc le plus étrange c'est qu'il prenais souvent l'habitude d'aligner les objets! Les lignes droite d'un tat de choses différentes . Une fois il sorti tout les couteau à viandes du tiroir et les aligna sur le sol . Une autre fois c'était un paquet entier de couches pour bebe  , une quarantaines de couches alignés sur le sol comme s'il étaient tracé à la règle . Les lego de construction au lieu de les empiler il les alignés en ligne droite...

Clarisse

Anonyme a dit…

1ere partie ( manque de place ) :

Bonjour à tous , je suis vraiment perdu et je vous prie de bien vouloir m'accorder un petit peut de votre aide. Voici ma petite histoire: Je suis la maman d'un petit Julien , né le 21 juin 2009 . Une adorable petite crevette de 2,400 kg , le 3ème d'une famille de 4 enfants . Par la suite il fut un bébé sage et éveillée . Le bébé rêvé de toute les mamans. À dix moi c'était un enfant qui avait évolué tout à fait normalement . Il comprenait quand on lui disait de faire certaines chose comme : "fait moi un bisou ", "tape des mains " , " pose ta tête et dort" ou " fait au revoir avec la main" . Il aimait bien egalement qu'on lui chante des chansons pour les petits et essayais de nous immiter à les chanter en tapant des mains LOL . Bref un comportement normal quoi. Le 28 juillet 2010 , Julien eu une petite sœur, Rébécca . Celle ci lui pris sa place de petit dernier. Je les ai élevés comme des jumeaux , puisqu'ils n'avaient qu'un an d'écart . Malgres tout , ce ne fut pas trop dure car j'ai la chance d'avoir des bébé très sages. Je ne me suis pas rendu compte tout de suite mais après la naissance de Rébécca , BOOM Julien changea . Je ne sais pas si c'est lié , ni si c'est une coïncidance mais Il a arrêta d'évoluer comme un enfant de son âge . Voir même à oubliée tout ce qu'il savait déjà . Petit à petit il régressa de plus en plus . À deux ans , c'est la que je me suis vraiment posée des questions comme : pourquoi mon fils n'a pas le même niveau que les autres enfants de son âge? Pourquoi mon fils ne parle pas ? Ne dit ni papa , ni maman . Ni oui , ni non. Pourquoi il ne regarde pas quand je l'appel? Il n'est pas sourd car il a peur du bruit de l'aspirateur. Pourquoi il ne sait pas faire comprendre lorsque qu'il veut quelque chose ? Par exemple , lorsquil veux de l'eau , il ne sait pas me pointer du doit un verre . ll s'exprime par les pleurs . De plus je me rendait compte qu'il avait de plus en plus de comportement bizarres. Par exemple : il avait la manie de passer ses journées à claquer les portes ou ouvrir et fermer les lumières mais le truc le plus étrange c'est qu'il prenais souvent l'habitude d'aligner les objets! Les lignes droite d'un tat de choses différentes . Une fois il sorti tout les couteau à viandes du tiroir et les aligna sur le sol . Une autre fois c'était un paquet entier de couches pour bebe  , une quarantaines de couches alignés sur le sol comme s'il étaient tracé à la règle . Les lego de construction au lieu de les empiler il les alignés en ligne droite...

Clarisse

Anonyme a dit…

2eme partie ( manque de place) 

Un jour, je prie la décision d'en parler à son pédiatre et je prie rendez vous avec le docteur Jean Claude Elian à SARCELLES . Le jour J , j'était très angoissée à l'idée du verdict . Arrivée a son cabinet , je lui expliqua mes doute à son sujets avec l'espoir de dans mon fort intérieur de me tromper et qu'il me dise de ne pas m'inquiéter , que tout ça s'arrangera. Et la BOOM , c'est Le ciel qui me tombe sur la tête . Il me repondit que mes doutes était bien fondés , qu'il y avait de quoi s'inquiéter à son sujet et qu'il y avait une forte probabilité qu'il soit AUTISTE ! Je n'est pas fini de faire toute la panoplie d'examen qu'il lui a prescrit pour confirmer la forte suspission d'autisme de mon enfant et le niveau . Le parcours est long et en attendant je suis vraiment perdu , Je me pose beaucoup de questions. Depuis , je suis très attentive aux fait et geste de mon fils . Avec beaucoup d'amour et de patience , je met tout en  oeuvre  pour aprendre à mon fils à communiquer par la parole et le regard .  Aujourd'hui , grace a un livre que je lui ais  acheté ( l'abécédaire ) mon fils sait réciter toute l'alphabet , il sait les reconnaître , les différencier de plus Il sait compter jusqu'à 10! CHOSES QU'Il NE SAVAIT PAS FAIRE AVANT QUE JE LUI APPRENNE  !!! Il a fait de gros progrès et tout ça en 1 semaine! Mais il a 2 ans et quatre mois ,  il ne sait toujours pas communiquer par les mots,  c'est à dire parler! Malgré son tempérament d'enfant très sage , Il s'exprime toujours par les pleurs et des fois je suis triste pour lui de ne pas comprendre ce qu'il veut.   J'attend un rendez vous de Robert debré car j'y suis allé avec une lettre de mon médecin et le compte rendu du pédopsychiatre qui avait vu julien , en leur expliquant sa situation , mais il mon dit que compte tenu du nombres de demandes il sera sur une liste d'attente (prioritaire ) qui peu aller de six mois à un an!  Est ce que quelqu'un peut il m'aider ? Que doit penser de mon fils? Parlez moi de vos expériences svp. Que doit faire pour accélérer les choses? Quel doit être les démarches que je doit faires pour que mon fils soit pris en charges rapidement ? Merci par avance pour vos réponses et désolée pour le pavé . 

Clarisse

Isabelle a dit…

@ Clarisse :

Bonjour Clarisse,

Merci de votre témoignage. Je compatis sincèrement avec votre situation, et j'espère bien que votre fils pourra être évalué très prochainement. Ce doit être extrêmement difficile pour une mère aimante de devoir tant attendre avant de connaître ce que son fils a.
Votre fils me semble effectivement présenter des manifestations caractéristiques d'un trouble envahissant du développement, mais je ne suis malheureusement pas médecin, ni mère d'enfants autiste. Mon expérience avec ces enfants se limite à l'enseignement à des autistes de haut niveau et à des Asperger de 8 à 11 ans. Par conséquent, je ne peux malheureusement pas faire de parallèle avec ce que vous me dites.
Toutefois, je peux vous suggérer le livre Activités d'enseignement pour enfants autistes de Eric Schopler, Margaret Lansing et Leslie Waters. Vous y trouverez des centaines d'exercices à faire pour favoriser la développement de votre fils.
Je vous souhaite toute la chance du monde !

Lou a dit…

Bonjour Clarisse,

Votre petit garçon semble présenter il est vrai des troubles autistiques.
Il me semble déjà que vous avez compris en partie le fonctionnement de votre enfant, tout passe en priorité par le regard : à tout moment rechercher l'interaction par le regard éventuellement par des bruitages de bouche, capter son regard est essentiel car il "rentre" à ce moment là dans notre monde.

Le pointage est un des aspect important pour ces enfants : guider son doigt et lui nommer l'objet renouveller sans cesse cette action ....petit à petit il comprendra que pour désirer quelque chose il faudra pointer.

Si son diagnostique s'avère être celui de l'autisme après tous vos rendez-vous je ne peux que vous conseiller de vous tourner vers

l'Association Autisme Espoir vers Ecole
qui fait des merveilles auprès des enfants entourés de bénévoles piliers entre autre de cette méthode..... vous ne serez plus jamais seule

www.autisme-espoir.org/

A très bientôt

Lou

Anonyme a dit…

Bonjour,

Vous citez beaucoup les borderline, psychotiques et autres, mais pensez aussi au personnes qui ont un QI élevé, les surdoués... nous sommes une famille de surdoués et notre fils aîné s'entend très bien avec un le grand frère de ma filleule qui est autiste d'Aspergé (assez bien intégré en société, suis l'école normale).
Je pense qu'entre les surdoués et les Asperger des fois la limite est faible et pas forcément franche. Mon grand a toutes les peines du monde à s'adapter aux enfants "dans la norme"...
Comme un enfant Asperger, il est hyper sensible a une émotion à fleur de peau, une logique imparable (avec des résultats en math de 20/20, mais en allemand dès qu'il faut communiquer avec l'autre... qui se tiennent juste comme il faut).
Vous classifiez Van Gogh ou Mozart ou Bethoven sans avoir eu la possibilité de faire des diagnostiques, mais d'entrée dans ce monde où les limites ne sont pas toujours claires... il est très dur de faire un diagnostique avec le sujet devant ses yeux (mon mari a été diagnostiqué Borderline alors qu'il est en fait surdoué... vous imaginez l'impact !).
Vu le jeu de Keanu Reeve qui est très "froid"... j'ai de la peine à trouver des expressions sur son visage moi qui y suis très sensible, je pourrais bien penser qu'il vive une chose "pas dans la norme"...
Woody Allen pourrait tout aussi bien être surdoué (élevé) avec ses questions existentielles continues...
Etablir des diagnostiques, donner des étiquettes, faire des listes sont très rassurantes mais il faut vraiment, vraiment être sûrs de ce que l'on fait et établir une liste de personne décédées avant même que la psychiatrie n'existe réellement semble très aléatoire.
Mais merci de votre réflexion, elle amène une discussion et ouvre de nouveaux horizons.

Isabelle a dit…

Je suis tout à fait d'accord avec vous que tous ne sont pas des Asperger, et sur le fait que comme plusieurs sont décédés depuis longtemps, il est impossible d'établir un diagnostic précis. C'est d'ailleurs à cause que je doutais de la valeur de cette liste que je l'ai transcrite ici. Sans vouloir vous vexer, je pense que vous m'avez mal lue. Cette liste n'est pas de moi, et jamais je ne me permettrais de lancer des hypothèses comme celles-ci sans avoir de preuve !

Anonyme a dit…

Bonjour,


Intéressant tout cela, vous me mettez peut-être la lumière sur mon cas ! Je me demande tout les jours si ne suis pas d'abord un frustré d'être con pour la société ou un autiste, un génie ? On m'a mis des diagnostiques très déplacer, donc je me définis comme un frustré d'être con pour ma société.

Olivier a dit…

Bonjour Clarisse.

J'ai moi aussi été diagnostiqué asperger et j'ai 21 ans. J'ai une idée du tonnerre pour toi.

En tant qu'autiste, je suis surement le niveaux le plus bas imaginable. Je comprend les choses d'une façon extrêmement ''bizarre'', comme mentionné, et n'arrive que rarement à entretenir une conversation qui ne soit pas logique, et retenir un nom, c'est le calvaire.

Par contre, j'arrive à rester en public, comprends assez bien les émotions des gens et j'arrive à les regarder dans les yeux 'presque' sans sentir de menace.

On peut croire que je suis juste gâté par la vie, mais je ne crois pas du tout à la chance.

Clarisse, suis loin d'être un expert en psychologie, mais je crois l'outils qui m'a évité tous ces problèmes connus des autistes, c'est le CINÉMA.

Ma vie entière, chaque raisonnement que je pense, chaque mot que je dis et chaque geste que je pose sont des choses que la télévision m'a montrée.

SÉRIEUSEMENT, avant d'entrer en maternelle, "sur le terrain", je parlait avec le même fichu accent français que les Looney Toons. J'ai appris à ce qu'était une sonnette grâce au film "Ne réveillez pas une souris qui dort".

Ça n'est pas sorcier. J'ai fais le lien entre le cinéma et la théorie de l'esprit (les ToMM). Il y a en chaque être humain un ACTEUR et aussi un PUBLIC.

L'autiste VOIT en chaque personne un ACTEUR, sans voir le PUBLIC.

Mon père m'a emmené au cinéma avant même que j'aie eut le temps de salir ma première couche. Il m'a montré, DE FAÇON EXPLICITE, que lui aussi pouvait être un spectateur. J'avais conscience de ce spectateur, ainsi ce spectateur et les acteurs du film se réunissaient pour former une seule entité, capable de me montrer des choses à reproduire.

Dans un film, on ne peut pas prévoir ce qui va se passer, contrairement à la mentalité d'un autiste, qui prévoit chaque seconde de sa journée. Une autre chose que le cinéma m'a appris.

J'APPRENAIS PAR LA CONSCIENCE DU PUBLIC.

Plus encore: devant un film, mes émotions s'expriment à fond, et quand je dis "à fond", c'est des spasmes de sanglots quand Flin Rider et Raiponce chantent sous les lanternes. C'est la paralysie total quand Samara sort de la télé et qu'on voit enfin son visage infernal.

Hors du film, mes émotions restent faibles, comme mon niveau social. Mais mon cerveau a put se développer normalement. Je vais à l'école régulière, je parle normalement et je m'adapte aux imprévus.

C'est ça le secret, Clarisse, aussi étrange que ça puisse paraître. L'apprentissage par la CONSCIENCE DU PUBLIC. Il suffit de l'emmener au cinéma et s’asseoir avec lui, peut-être même entourés DU PLUS GRAND PUBLIC POSSIBLE. Tu peux considérer ça comme une thérapie.

J'aimerais grandement connaître vos opinions là-dessus. Merci.

Anonyme a dit…

Personnellement, étant l'aînée d'une petite soeur de 16 ans autiste(et étant au contact des camarades de son centre), je pense qu'il est très difficile de juger si ces personnalité étaient autistes ou non. Je suis d'accord sur le fait que cette liste est tout de même discutable et extrême dans ses propos.
On a tendance à aliéner l'autisme et à simplifier ce trouble.
Ce qui est difficile avec l'autisme contrairement à d'autre handicaps comme la trisomie 21, c'est que les troubles autistiques ont différents degré de "gravité" et chaque autiste est très différent.
Nous avons tous, au fond, un petit côté autistique. Nos côté un peu obsessionnels, nos penchants pour les habitudes et les routines, ce sont des comportements sains dont nous avons besoins pour avoir des repaires, sentir une certaine sécurité. A partir de ces signes insignifiants, on peu commencer à aller en crescendo jusqu'au cas le plus difficile d'autisme où la communication est quasi impossible, la frustration de l'enfant fréquente. Dans ces cas là, apparaît de grosses crises de colères et parfois de la violence si l'enfant ne peut plus gérer des frustrations ou des incompréhensions trop fortes.
Mais avant celà, le cas le plus fréquent d'autisme que l'on a tendance à oublier c'est le syndrome d'Aspergers, c'est CE type d'autisme qui fait briller les génies musiciens, scientifiques etc qui ont en revanche généralement un vrai problème de communication. Je doute fortement lorsque je vois une interview de Bob Dylan qu'il soit Asperger et encore moins autiste. Mais en ce qui concerne Bill Gates, il me semble que le syndrome d'Aspergers est avéré. Les gens ont tendance à généraliser et donner des étiquettes sans savoir vraiment de quoi ils parlent. Depuis que le trouble autistique à été découvert et intégré dans notre langage, des gens sans véritables connaissances du sujet veulent à tout prix appliquer ce nom et donner des étiquettes à des comportements humain qui leur paraissent hors normes; qui sortent trop de leur définition du "normal".
Et cette histoire de QI me faire bien rire car encore une fois elle montre notre attachement aux normes! Toujours la même histoire de rentrer des personnes vivante dans des cases numérotés, suivant un système manichéens du "bête" et "pas bête".
Et lorsque que j'entend la nouvelle insulte "espèce d'autiste" sortir de la bouche d'ignares je ne peux pas m'empêcher de bouillonner intérieurement, tout comme l'insulte qui semble enfin passer de mode "bandes de trisomiques"
Il est grand tant que les Hommes arrêtent d'aliéner les personnes différentes. Elles ont une âme tout comme nous et mérite la même attention et le même respect que chacun d'entre nous, elles ont tout autant de valeurs que n'importe qui, voir plus parfois! ;)

En tout cas merci d'avoir lancé ce sujet, je ne sais pas si mon commentaire à apporté une très grande aide au débat mais il est très agréable de pouvoir en discuter librement! Merci et bonne continuation à tous!

Anonyme a dit…

PS: Clarisse, de par mon expérience de grande soeur qui a vu évoluer sa petite cadette autiste, je peux très franchement dire que vous faites exactement ce qu'il faut. Ma soeur aussi ne présentait pas de signes précurseurs, mais à ses un an, pouf le diagnostique tombe et ma mère est accusée par le psychanalyste de figidité, alors que c'est totalement faux! D'ailleurs la psychanalyse traditionnelle continue à défendre cette théorie abominable. Bref, je m'égard. Plus on commence tôt à "travailler", mieux c'est. C'est la meilleure manière d'instaurer un vrai lien de confiance avec votre enfant. Vous représentez un peu la clé du monde extérieur, par vous il pourra apprendre le contact avec autrui. Jouer avec lui est un moyen de le faire sortir de sa bulle.
Je me souviens très petite, je jouais avec ma soeur dans le bain, puis presque instinctivement je lui ai fait découvrir la "copie". Des choses très simple, lorsque je l'aspergeait d'eau, je lui demandait de faire la même chose vers moi, lorsque je tapais sur le bol à l'envers, elle le faisait aussi, tout ça dans un climat de jeu et de détente dans un élément où elle se sentait rassurée. J'ai réussi au bout de deux mois acharné de jeu comme avec un bébé à lui faire copier des mots, comme maman (un véritable jour de fête! c'était incroyable) Et même maintenant à 18ans je continue à faire ce travail de contact. Par exemple avec une assiette de nourriture, comme des raisins sec, des quartiers de clémentines, ou même des bonbons, lorsque je lui donne un des morceaux, elle doit m'en donner un en retour, et je la guide un peu pour ça.
En ce qui concerne son handicap, vous avez de la "chance" que ce soit aujourd'hui et pas il y a quelques années car les gens sont plus au courant de ce trouble. C'est une merveilleuse occasion de le sortir, de le prendre avec vous dans toutes vos sortie que ce soit les courses, le cinéma, le restaurant ou des ballades en ville jusqu'à l'aire de jeu comme avec un enfant dit "normal". Cela lui permettra de s'habituer aux aspect effrayants que peut avoir la population extérieure. Un enfant qui pleure et qui cris jeune est mieux accepté qu'un ados de 16ans. Dans tout les cas, il ne faut pas avoir honte! L'acceptation et la détermination est la meilleure attitude à avoir et la meilleure manière d'aider votre fils. Maman est toujours partie de ce principe et depuis ma soeur est un ange quelque soit l'endroit où on va. Les angoisses qu'elle auraient pu avoir ne surgissent pas, elle est au contraire assez détendu. Ce n'est malheureusement pas le cas de nombreux camarades de ma soeur. Beaucoup de ces mères avaient honte et ont isolé leur enfant à la maison, à présent que leur trouble s'est approfondit en grandissant (par manque d'accompagnement et de sociabilisation) ils sont souvent les enfants qui ont les grosses crises de colères et les pire frustrations. Je suis également persuadée que les enfants autistes sont très sensibles, plus qu'on ne le croit. Ils sentent bien lorsqu'on les abandonnent ou qu'on les traite comme s'il étaient des extra terrestre.
En ce qui concerne la communication et l'expression de ses frustrations, connaissez vous la méthode PECS? Au cas ou vous ne la connaissez pas, voici un lien http://www.pecs-france.fr/WhatsPECS.php
(suite...)

Anonyme a dit…

(...suite)
Ce qui est génial avec cette méthode c'est qu'elle s'étend sans fin, on peut l'étendre du vocabulaire de la nourriture à celui des activités les plus poussées. Ma soeur l'utilise au quotidien ce qui lui permet de prononcer un certains nombre de mots de plus en distinctement même si nous pensons qu'elle ne parlera jamais vraiment. Mais peut être que votre fils, lui, pourra!
Avez vous pensé également à l'orthophonie? De plus en plus d'orthophonistes sont au courant des trouble autistiques et travaillent avec eux le langage et un certains nombre d'autre notion importantes à travers des jeux.
Quoi qu'il en soit, je vous souhaite du courage et de la détermination. Ce que je vais dire va peut être vous paraître culcul la praline mais c'est exactement ce que je ressent pour ma soeur. Votre fils est pour vous comme un trésor, il est l'occasion pour vous de vivre des expériences humaines hors du commun, avec un contact fusionnel avec ou sans les mots pour l'exprimer. Comme tout trésor que l'on accepte de garder au plus près de soi, il peut bien souvent être lourd, susciter des pleurs, mais voyez Ô combien il chatoie et pétille !
Passez une bonne soirée, et si jamais je peux aider je serai ravie de mettre mon petit grain de sel
Cordialement

Isabelle a dit…

Merci de votre commentaire, anonyme. Je ne connaissais pas la méthode PECS, maintenant je suis curieuse de lire là-dessus ! Bonne année !

Anonyme a dit…

Bonjour a tous,
Je pense, suite a une visite chez une logopede + maline que les 2 autres, que mon pédiatre et que les 10 docteurs en médecine, tel que anesthésistes, Orl, chirurigen (drain dans les 2 oreilles) par qui mon fils a été osculté, que celui-ci, âgé de 3 ans adorable, pétillant, calin, malin, nargueur,... Soit je suis casiment certain après avoir lu pendant plus de 100 heures tous ce que j'ai trouvé sur le web sur l'autisme, qu'il est autiste. Et je suis sur ce blog toujours a la recherche d'information sur le sujet. Et la liste des célébrité "probablement" autistes m'a un peu rassuré sur le futur possible de mon fils. Déplus tout vo commentaire sont tous super intéressant alors un grand merci a tous de parler de ce sujet si prenant.

Isabelle a dit…

Ça me fait plaisir, et ça me fait aussi plaisir de voir que ma liste suscite autant d'intérêt!

Celena a dit…

Pour info,
une nouvelle découverte insolite sur les causes et le traitement de l'autisme:
www.enfants-autistes.com
cdlt

Anonyme a dit…

une nouvelle découverte sur les causes de l'autisme sur:
www.enfants-autistes.com
Cdlt

Celena a dit…

Pour Clarisse
La date de naissance de votre fils correspond au déséquilibre des temporaux dont nous parlons sur le site www.enfants-autistes.com
Nous ne savons si ce texte sera publié, mais si c'est le cas, sachez que cela pourra vous donner une piste intéressante.
Cdlt
Celena

clovis simard a dit…

Einstein et Newton des autistes !(fermaton.over-blog.com)

Anonyme a dit…

bon, vous devez oublier la difference entre un syndrome et une maladie. Jai 13 ans et je me debrouille surement mieu que vous.

Dans mon cas, sa a pris 10 ans et 32 pedopsychologues pour voir que javais un ted (syndrom dasperger), un top et un tdah.

La difference est que un syndrome est un genre de maladie sauf que les symptomes sont pas defini alors je peut vous croirent en disant que vous etudier en cela mais vous ni connaisser rien a rien. Car oui un autiste peut se mettre dans la peau de quelquun d'autre car un de mes amis ayant 14 ans lui fait du theatre depuis lage de 5 ans et na jamais eprouver aucune difficulter au niveau scolaire et sociale.

Anonyme a dit…

Bonjour, mon fils de 22ans détecté asperger vers 16ans a terminé ses études supérieures en juin dernier en validant deux masters et vient de faire un stage de 6 mois. Malheureusement il n'a pas pu enchaîner sur un nouveau stage et se trouve sans aucune activité depuis un mois. Etant autonome dans son propre studdio il est resté seul replié sur lui même 3 semaines et nous venons de le récupérer...et là catastrophe : son trouble semble s'être agravé : il reste pdt des heures renfermé sur lui-même et commence à faire de curieuses grimaces que nous ne lui connaissions pas avant ! que se passe-t'il ? quelqu'un peut-il m'aider ? je croyais qu'il s'agissait d'un handicap "non évolutif" et je me rends cpte qu'il n'en est rien. Jusqu'où celà ira-t'il ? Que devons-nous faire ? Merci pour vos réponses à venir.

Isabelle a dit…

@ anonyme (7 avril): J'ignore ce qui vous permet de croire que je ne connais pas la différence entre un syndrôme et une maladie. Je ne me prétend aucunement experte en la matière, je n'ai fait que recopier une liste que j'ai trouvée sur Internet. C'est un commentaire gratuit n'ayant nullement sa place ici.

@ Anonyme (22 avril) : Je ne peux malheureusement pas vous répondre, n'étant pas du tout, car, comme l'a si bien souligné la personne précédente, je ne suis nullement une experte en la matière. J'espère cependant qu'un lecteur de ce blog pourra vous répondre dans un avenir rapproché.

Laurence a dit…

Bonjour, Je réponds (tardivement...Puisqu'on est en juillet et que le message date d'avril) donc, disais-je, je réponds à la personne qui a un fils de 22 ans Asperger:
Je suis maman d'un enfant de onze ans qui est Asperger, et j'ai pu noter que des états particuliers de stress se déclenchaient lors de chocs émotionnels, du style "mise à l'écart", "humiliation" (ça peut sembler anodin pour nous, mais pour eux , c'est démultiplié). Je me demande donc, si votre fils n'aurait pas eu à faire face à quelque chose d'inquiétant pour lui, d'insurmontable, du style agression verbale, racket (?)... Avez-vous depuis ces incidents, réussi à parler avec lui pour le lui demander? Ce qui me fait penser cela, c'est qu'il est resté pendant un mois un peu isolé et avec nos enfants particulièrement sensibles, ça peut parfois vite partir à la dérive.
On est en juillet, j'espère que vous lirez ce message et qu'il vous aidera un peu, mais surtout, j'espère que tous vos soucis appartiennent au passé. Bonne continuation.

Je profite d'écrire ce message pour répondre également à Lyne Laporte, qui dit beaucoup de choses intéressantes en général, mais qui a dit dans son dernier message -ci-dessus-, par contre, quelque chose de faux;
Lyne:
la schizophrénie est une maladie psychiatrique qui se manifeste par un dédoublement de la personnalité avec parfois, des hallucinations... Aucun lien avec un syndrome d'Asperger donc!! Un Aspi, il a juste un cerveau qui est foctionne différemment, il analyse d'une façon originale, son mode de penser est particulier (très efficace en général, car assez systématique) il a du mal à supporter toutes formes de contraintes; je parle des contraintes physiques; comme les vêtements trop serrés, cols roulés,chaussettes... etc, le fait d'être empêché de bouger, en classe par exemple, et aussi les contraintes psychologiques et sociales: les carcans en tous genres sont insupportables pour les Aspis, ils ont plus besoin de liberté physique et morale que les personnes non Aspies.
Par conséquent, leur grande réceptivité et sensibilité, plus leur cerveau au fonctionnement atypique; tout cela fait d'eux des gens qui se sentent "différents" et ils peuvent avoir l'impression que la société n'est pas faite pour eux, que ce monde, n'est pas fait pour eux: il sont une minorité à fonctionner d'une certaine façon, alors que le reste de l'humanité ne les comprend pas et fonctionne autrement.
Je le redis, donc: rien à voir, ni aujourd'hui, ni dans vingt ans, entre la schizophrénie et le syndrome d'Asperger.

Anonyme a dit…

J'aimerais pouvoir contacter l'auteur de ce sujet car moi même autiste je voudrais parler un peut pour savoir ce que je suis ... A par être perdu je ne sais pas

L'Asperge a dit…

Bonjour. J'écris pour répondre au commentaire du 18 Avril 2013. Cela date, mais je préfère préciser les choses pour le cas où, par malheur, ces inquiétudes seraient toujours fondées.

Je suis autiste Asperger, doctorant en Philosophie, étudiant en psycho, socio et sciences du langage. Marié, deux enfants : bref, une preuve vivante que, oui certains autistes peuvent avoir des relations sociales. Je peux aussi compatir, j'ai fait du théâtre. Et si je suis toujours vivant, c'est parce que j'ai appris à analyser les comportements, les interpréter et apprendre les réactions socialement acceptables qui s'appliquent à telle ou telle situation. En somme, comme il a fort justement été dit, ce que vous sentez, nous l'analysons.

L'autisme est en effet un handicap dit "non évolutif". C'est à dire que les troubles du spectre autistique correspondent à un ensemble - assez divers, du reste, autorisant de multiples combinaisons - d'anomalies, neurologiques notamment (mais pas que). Ces troubles sont présents à la naissance, et ne disparaissent jamais.

Toutefois, il convient de préciser que les symptômes autistiques sont les produits d'une négociation avec son handicap. J'entends par là que nous faisons comme nous le pouvons pour vivre avec nos troubles, et que l'expression de nos symptômes doit tout autant à notre structure neuronale autistique qu'à notre environnement et à la manière dont nous nous adaptons.

En d'autres termes, un autiste placé dans un contexte favorable pourra éventuellement parvenir à mener une vie normale.... Mais si le contexte change, il peut ne plus arriver à gérer ses TSA (troubles du spectre autistique) - voire ne plus en voir l'intérêt. J'ai moi-même connu des phases d'amélioration et d'autres où les symptômes empiraient, jusqu'à me faire frôler l'HP.

L'isolement peut être vécu confortable, et l'on peut se déshabituer assez rapidement des efforts que nous avons dû apprendre à faire pour vivre en société (croyez-moi : cela nous est très difficile !). Par ailleurs, si votre fils a validé deux masters à 22 ans, j'imagine qu'il a vécu ses études un peu comme je vis les miennes : cela peut être un intérêt restreint, passionnant voire obsessionnel, et une fois "lâché" hors du système universitaire, il peut être extrêmement difficile de passer à autre chose. Il peut en résulter un repli sur soi. Je peux témoigner de ce que si l'on me retire mes recherches, je peux devenir un quasi-légume en très peu de temps...

Donc, oui l'autisme en lui-même est non-évolutif, mais la capacité à gérer ses TSA et s'adapter au monde malgré ces troubles, elle, est tout à fait contextuelle. Sachez bien que pour nous, rien n'est jamais acquis : nous devons constamment fournir des efforts immenses pour nous adapter et faire ce qui vous paraît simple ( la réciproque étant vraie ;) ). Il est possible d'oublier comment faire avec autrui, entre autres, car pour nous cela n'a rien de naturel, si j'ose dire. En pareil cas, je ne saurais trop conseiller d'essayer d'aider votre fils à exprimer ses difficultés (à communiquer, à se reconnecter à un nouvel intérêt ou retrouver le rythme perdu...) afin de chercher des solutions pratiques pour y faire face. Enfin, si vous ne parvenez pas à l'aider vous-même, vous ne devez surtout pas hésiter à contacter un spécialiste. Le mieux en ce cas est de vous mettre en relation au plus vite avec le Centre de Ressources Autisme (CRA) de votre région. Malheureusement, les délais d'attente sont long, et votre message date. Je suis navré de ne le lire que maintenant, et espère qu'il n'est plus d'actualité, les choses s'étant améliorées. Je vous souhaite bon courage.

Au besoin, vous pouvez me contacter en me laissant un message sur mon blog http://vie.dasperge.net (où vous voulez, en commentaire. Je vous répondrai en commentaire, ou par mail si la question est trop confidentielle ou à votre convenance).

Bien à vous,

L'Asperge

Serena Dejean a dit…

Bonjour, étant maman d'un enfant autiste de 18ans, je ne doute pas que l'autisme est plus répondu que l'on ne croit, mon fils suis de cours et veux être chercheur, il est très doué dans bcp de matière, il me fait rire il a fait du théâtre,de l'escalade, de la boxe, de la natation, de la guitare, et plein d'autre chose, d'un enfant très angoissé il est devenu plus souple, plus sur de lui chaque jour je travaille son autonomie, son language, je canalise ses gestes, il ne sais pas traversé la rue, il n'a aucune méthode, il a ses idées totalement différente de nous et pourtant il passe un bac labo, il a eu son brevet avc mention, et son bepa. Je suis hyper fière de lui et j'espère qu'il ira loin dans la vie professionnel, malgré la méchanceté des autres gamins qui le démotive......moi cela me rassure de voir une longue liste qui je me persuade n'est pas fausse, pour certain, c'est ma méthode à moi de montrer à mon garçon qu'il n'est pas stupides et bien d'autre on réussi alors pourquoi pas lui .........voilà bonne journée

Anonyme a dit…

Bonjour, Mon fils de 8 ans est diagnostiqué TSA (trouble du spectre autistique) depuis l'âge de 3 ans. Il aime la routine, fait des gestes répétitifs, a de la difficulté avec les amis. Est souvent seul lors des récréations. Il se berce dans la classe, enlève ses souliers, se lève régulièrement, lit des livres de bande dessinée. Son professeur le laisse faire car il est tranquille en classe. (il ne fait pas de crise) Pourtant, il est le meilleur de l'école, en anglais, mathématiques et en Français. Il déteste faire ses devoirs. On le force 20 minutes par semaine ...et encore, si on réussit. Il a apprit è lire des l'âge de 4 ans. Il commençait a faire des multiplications en maternelle ( 5 ans). Les professeurs ne le croyait pas.
Je pense que d'être dans sa bulle et avoir des obsessions (lecture et mathématiques) aide les autistes à réaliser mentalement des choses exceptionnelles s'il sont capables de communiquer avec les autres. On les appelle des autistes de haut niveau (incluant les asperger)